03/12/18

La Suède – pays alarmiste ?

Dans La Vigie 89, les auteurs caractérisent la Suède comme pays alarmiste. C’est-à-dire, selon Larousse : « qui est de nature à alarmer la population ». Il y a une notion de peur exagérée dans ce jugement. « Réaliste » serait probablement une description plus précise. Il y a à cela deux raisons principales.

La première raison est géopolitique. La Suède est un grand pays géographiquement – à peu près comme la France – avec une population relativement faible : 10 millions. Elle est un « rimland », selon la classification classique de Spykman, située comme un glacis entre la grande puissance terrestre qu’est la Russie et l’Océan. Plus précisément, elle se trouve entre l’Atlantique et la puissance revancharde et militariste qu’est la Russie sous Poutine. Cette Russie jette son ombre sur les trois petits pays baltes, relativement récemment libérés de l’occupation soviétique. Il est clair que Poutine a comme objectif, à plus ou moins long terme, de les faire retourner sous dominance russe. Un moyen de le faire serait d’empêcher l’OTAN de les renforcer ; donc une stratégie A2/AD (Anti-accès/interdiction de zone). Pour ce faire, la Russie a besoin d’empêcher les Occidentaux d’utiliser le territoire suédois, et surtout l’île de Gotland (voir http://www.strato-analyse.org/fr/spip.php?article386). En conséquence, la Suède est maintenant devenue un pays stratégiquement très important pour les Russes comme pour les Occidentaux – une clef de la situation stratégique septentrionale de l’Europe.

La seconde raison est liée à la politique suédoise. La Suède n’est plus un « pays neutre », elle est membre de l’UE, très proche de l’OTAN et des États-Unis. Mais elle ne bénéfice pas des garanties de sécurité (dont la crédibilité peut se discuter) parce qu’elle n’en est pas membre. En plus, et pire, sa défense a été maltraitée et désarmée pendant les 15 ans de croyance à la paix éternelle. Le budget de défense est proche de 1 % du PNB. Les besoins en matériel pour les dix ans à venir sont énormes. L’âge moyen des navires de la marine est par exemple de 28 ans ! Le personnel militaire est bien formé mais beaucoup trop restreint en nombre, auquel ne s’ajoute que 25 % des officiers qui prendront leur retraite dans les années à venir.

Etre un pays faible placé dans une situation stratégique importante n’est pas rassurant. Le vide stratégique est une posture dangereuse, pour le pays en question mais aussi pour toute la région. Dans L’histoire de la guerre du Péloponnèse Thucydide prête aux Athéniens ces propos : « Vous savez aussi bien que nous que, dans le monde des hommes, les arguments de droit n’ont de poids que dans la mesure où les adversaires en présence disposent de moyens de contrainte équivalents et que, si tel n’est pas le cas, les plus forts tirent de leur puissance tout le parti possible, tandis que les plus faibles n’ont qu’à s’incliner ». Cela est vraie aussi aujourd’hui.

Bref, la Suède a besoin de réarmer… d’urgence.

03/9/18

Récension L’homme, la politique et la guerre

L’homme, la politique et la guerre– François Géré et Lars Wedin- Ed Nuvis 2017

De multiples pistes se croisent dans ce livre à la fois original, érudit et fécond qui sait se dégager des conventions et révérences habituelles pour considérer les modes d’exercice de la stratégie au début du XXIe siècle. Et tout d’abord, les pistes des deux auteurs : d’un côté, un agrégé d’histoire, féru de technologie militaire et de dialectique nucléaire, rompu aux rapports de force stratégiques actuels et de l’autre, un officier de marine suédois, ancien commandant d’unités de surface, breveté à Paris et Stockholm, conseiller militaire chez les diplomates de son pays et chef du bureau stratégie de l’état-major militaire européen. Il y a la piste bien balisée de l’histoire moderne avec le rappel de la grammaire stratégique ancienne qui établit « le politique, l’Etat et la guerre » (chapitre 1) suivie d’une réflexion complète et documentée sur la stratégie et les différents modes, calculs et combinaisons qui articulent « Politique, Guerre et Stratégie » (chapitre 2). « La puissance militaire hier et demain » examine alors les rapports complexes entre l’institution militaire et ses mandants ou interlocuteurs, le pouvoir politique, la société civile, le peuple d’où découlent les modes d’exercice du commandement de la guerre et les critères de l’efficacité stratégique (chapitre 3).

Continue reading

03/2/18

Värnplikt – en rekryteringsmetod för det 21. århundradet?

”En stat som inte vidtar alla möjliga åtgärder för att garantera och skydda sin suveränitet inför omgivningens hot utsätter sig ofrånkomligen för att förlora kontrollen över sin framtid och att behöva underkasta sig främmande – kanske våldsamma – krav.”

General Pierre de Villiers[1]

 

Denna artikel strider mot den rådande rasifieringsprincipen. Läsare varnas! Enligt denna princip skall undertecknad, en sjöofficer, inte ha några synpunkter på värnpliktsfrågan som enkannerligen är en fråga för Armén.

Någon kommer säkert också att reta sig på att undertecknad står under franskt inflytande. Men så många i Sverige står under anglo-saxiskt inflytande så lite motvikt är nog inte fel.

Continue reading

02/12/18

L’Armée de l’air suédoise

Une industrie au point

L’Armée de l’air suédoise fut créée en 1926 par un amalgame des unités aériennes de l’Armée de terre et de la Marine. En 1936, quand les nuages menaçants d’une guerre commenceront de se montrer, le parlement approuva une loi de programmation qui visa le renforcement de la défense. Cependant, il était trop tard pour faire un vrai réarmement ; il était surtout très difficile d’acheter des avions de guerre sur le marché internationale. En effet, le réarmement ne fut pas achevé avant 1948.

Continue reading

12/18/17

Försörjning – en vital del av totalförsvaret

Våren 202X lämnar den ryske ambassadören i Stockholm en note till regeringen där man kräver att Sverige skall säga upp sina avtal med USA och Nato; inga förband från dessa får passera svenskt territorium inklusive luft- och sjöterritorium. Om inte Sverige efterkommer denna begäran kommer Sverige att placeras i karantän (jämför Kubakrisen 1962!); inga handelsfartyg får anlöpa svenska hamnar och dessa kommer dessutom att mineras. Öresundsbron spärras genom sabotage. Sverige säger nej.

Utländska handelsfartyg väljer att inte anlöpa svenska hamnar bl.a. eftersom försäkringspremierna blir för höga. Tack vare att regeringen utnyttjar förfogandelagen fortsätter de fåtaliga svenskflaggade fartygen att gå mot svenska hamnar. Men först måste minröjning ske.  Den lilla och åldrande svenska flotta som ännu är kvar kan till nöds hålla en hamn minröjd och eskortera fartygen till och från hamnarna till denna. Utan moderna luftvärnsrobotar m.m. är förmågan dock inte trovärdig. Maten tar nu snart slut i livsmedelsbutikerna. För de boende på Gotland, inklusive där stationerad militär, står svälten för dörren inom en vecka.

Continue reading

12/18/17

Köpet av Patriot. Några tankar

Något överraskande har Sverige beslutat att köpa ett stort, kvalificerat luftvärnssystem. Det är naturligtvis bra eftersom Sverige saknat ett system för bekämpning av ballistiska robotar och kryssningsdito.

Det finns, har jag förstått, de som hävdar att köpet skulle uppfattas som provocerande av Ryssland. Men en liten stat med en av Europas lägsta försvarsbudgetar kan naturligtvis inte provocera en stormakt. Det är säkert så att Ryssland inte gillar köpet – det minskar den ryska handlingsfriheten gentemot oss. Ryssland uppfattar säkert också att Sverige härmed ännu tydligare blivit en de facto allierad till USA. Men i detta avseende är köpet inte något kvalitativt nytt; Sverige har sedan länge haft ett nära samarbete med USA.

Continue reading